Aller au contenu

Traité sur la prière chapitre 1

Traité sur la prière

chapitre 1

LA CONNAISSANCE DE « SOI »

Pouvons-nous nous exprimer si nous n’avons pas appris l’alphabet. La représentation des lettres par l’écriture, la sonorité des mots pour les traduire ! Il en va de même pour la connaissance de notre « être ». Nous devons apprendre qui nous sommes en vérité, ce que nous sommes intérieurement, pour nous comprendre à travers ce monde.
Notre constitution, notre physique, le fonctionnement de notre vie, nos pensées, notre esprit, notre spiritualité, notre présence temporaire, notre vie d’où vient-elle ?  Nos pensées, qui les dirigent ? Nos émotions, d’où sortent-elles ?
Voilà les questions que nous devons approfondir et connaître en vérité du fond de notre être, afin de nous perfectionner, nous changer pour trouver notre place, notre attitude dans ce temps qui nous est donné. Sans ce travail, nous ne nous connaîtrons jamais, et nous allons errer dans cette vie sans trouver le vrai chemin.

 

LA VIE

La première vérité à prendre en considération, c’est la vie, car sans la vie rien n’est possible, c’est le Néant.
Mais quelle est donc cette vie qui m’anime et fait vivre mon corps. Si j’existe en tant que corps c’est parce que j’ai été conçu par un homme et une femme qui se sont unis dans l’amour en procréant mon corps biologique.
Mais ma vie ne vient pas de mes parents terrestre qui sont mortels, et donc ne peuvent créer la vie ; sinon, ils seraient immortels eux-mêmes. Donc la vie qui m’anime ne vient pas de cette terre, de ce monde. Mais d’une puissance supérieure, extérieure, céleste. D’un être suprême et éternel que l’on nomme DIEU, créateur de toutes choses.
Donc ma vie, mon existence, mon temps dépend du créateur à qui j’appartiens en toute confiance, par amour et reconnaissance puisque il est mon véritable Père.

 

NOTRE CORPS

Qui est matière biologique charnelle, est le physique de notre existence. Il supporte nos organes nécessaires à notre condition de vie. Nous percevons et apprenons à l’aide de nos sens corporels le monde matériel.
La vue, l’ouïe, le toucher, le goût, l’odorat.
Ses fonctions principales ; la procréation d’un nouveau corps, un nouvel être humain, les sensations, motricité, respiration, recevoir, digestion, assimiler, rejeter.
Le corps est programmé pour une certaine durée d’existence.
Le corps humain est animé par l’âme qui lui donne vie.
Le corps c’est les sens, par delà il devient une ouverture pour l’âme qui est en prise à l’aide de ce corps pour se mouvoir et œuvrer dans le monde.

 

L’AME

Serait la vie crée par DIEU pour les vivants, en particulier humain.
Elle est spirituelle et immortelle. C’est grâce à l’âme spirituelle que le corps est vivant. L’âme se distingue de l’esprit de l’homme.
D’après l’anthropologie physique, l’âme désigne le psychisme par ses facultés cognitives (perception, intelligence, imagination, mémoire). Facultés affectives (sentiments, émotions, humeur). Facultés instinctives (pulsions, désirs, besoins, tendances). Sa faculté essentielle est de réfléchir le monde.
L’âme possède une certaine maîtrise du temps. L’image qu’elle produit n’est pas forcément celle du monde immédiat, elle peut-être du monde passé, ou du monde futur. Sa fonction « intellective » « délibérative » voir spéculative chez l’homme apparaissant au sommet de la hiérarchie du vivant qui conduit au sens exclusivement spirituel, voir religieux présentée comme un Don de DIEU assurant le privilège de l’homme face au reste de la création. Elle est le principe ouvrant sur la liberté, la moralité.

L’âme principe spirituel, immatériel et éternel de l’homme. Elle est l’intermédiaire entre le corps et l’esprit. Elle peut se tourner soit vers le bas « le corps » et ne refléter que des appétits charnels, soit vers le haut « l’esprit » et ne refléter que des désirs spirituels.
L’âme chrétienne pour accéder à la vie des cieux, doit « épouser » DIEU.
L’âme dans sa condition actuelle, non transformée par l’esprit n’a aucune valeur ; si elle n’accepte pas cette mutation, sa transformation spirituelle, elle est condamnée.
Par contre l’âme spiritualisée est une réalité, un état de très haute valeur.
Pour élever votre âme vers DIEU, il faut œuvrer avec constance.

L’ESPRIT DE L’HOMME

Lot. Spiritus (souffle, vent). L’esprit principe individuel de la pensée par opposition au corps. Le premier des esprits c’est DIEU. DIEU est « Esprit » {Jn 4, 24}.
L’esprit de l’homme est créé à l’image de DIEU. L’esprit est la plus colossale puissance du monde. Principe immatériel considéré comme premier dans l’ordre de l’essence, ou dans l’ordre de la connaissance. Force spirituelle qui peut s’apparenter à l’inspiration ou à la grâce.
De façon générale il s’oppose à la chair, qui représente la nature animale de l’homme, la puissance aveuglante de son désir.
Dans la religion chrétienne, principe en vertu duquel l’homme a vocation à la raison et participe de la divinité. L’esprit se cherche, ses contradictions sont le signe de la fécondité. L’esprit progresse toujours, comme la taupe creusant son chemin dans l’obscurité afin de parvenir à la lumière dans la vérité.
Nous avons appris que l’âme envoyée par DIEU donne la vie au corps en l’animant et que cette âme est éternelle venant du DIEU Éternel.

L’esprit peut se distinguer en plusieurs principes. C’est la pensée, les idées, la conscience, la connaissance.  Immatériel, il est une forme d’énergie en dehors de l’espace et du temps, et s’insérant par un procédé inconnu dans notre cerveau biologique directeur de notre corps. Car l’esprit et le corps sont l’un par rapport à l’autre. L’esprit reçoit les messages du corps par les systèmes nerveux sur l’état des organes. Toute douleur est une réaction du corps physique qui se traduit à travers la pensée.
Ainsi que les émotions comme : l’hostilité, la frustration de ne pas pardonner, la culpabilité, haine, stress. Toutes ces émotions vous privent de discernement. A partir de la pensée, elles s’impriment dans votre corps et vous privent de vitalité, de paix d’esprit et de santé. Toutes ces émotions négatives sont enregistrées par la pensée dans votre esprit.
Nous comprenons que là se situe la clef de notre bien-être ou mal-être.
Il appartient à nous seul de contrôler nos pensées en changeant ces états négatifs et destructeurs. Comment ? En maîtrisant et en disciplinant nos pensées, les remplaçant par des pensées positives, bienfaisantes, divines à l’image de DIEU.

Notre esprit se décompose en plusieurs phases ou fonctions. Chaque phase est douée de propriétés particulières, et sont capables d’une action indépendante.
Notre esprit objectif ou conscient prend connaissance du monde objectif au moyen des cinq sens objectifs. Il est notre guide dans nos contacts avec l’environnement. Vous apprenez continuellement grâce à vos cinq sens (la vue, le toucher, l’odorat l’ouïe, le goût), par l’observation, l’expérience et l’éducation.
L’esprit subjectif ou subconscient : est une intelligence qui se manifeste dans tous ces états ; les rêves, les visions, les solutions, l’inspiration, les conseils, les guérisons, etc.…
Il prend soin de tous vos organes vitaux. Lorsque vous dormez profondément, il se charge de votre respiration, votre circulation sanguine, le fonctionnement parfait de votre cœur, et les autres fonctions essentielles à votre corps.
Votre esprit d’une manière générale vous contrôle tout au long de votre vie.
Chaque mouvement que vous faites est commandé à l’avance et exécuté par votre esprit.
Chaque regard, chaque pensée est enregistré par votre subconscient qui deviennent des lois, qu’elles soient vraies ou fausses ; elles deviennent un fait solide. Et il les réalise dans votre corps et vos actions.

A  suivre …….

                                                                                                                                                                               Gilbert GAGNARDEAU  2021
Faire défiler vers le haut